mercredi 27 mai 2015

Athées, vous êtes croyants

Le monde est fait de croyances. Dieu existe-t-il ? Est-il tout seul ? Qu'y a-t-il après la mort ? A quoi ressemblaient les dinosaures ? Marie-Antoinette était-elle vraiment une grosse connasse ? L'homosexualité et l'hétérosexualité dépendent-ils de facteurs réels ? Y a-t-il des sirènes dans l'océan ?

Peu de choses sont sûres. Et ce qui semble certain maintenant sera peut-être démenti demain.
La Terre est plate --> La Terre est ronde --> La Terre n'est pas vraiment ronde, plutôt ovale, en fait.
L'homosexualité est une maladie mentale --> Oups, en fait, non, pardon, on s'est viandé.

La science est une croyance.
Et toi, athée, tu es croyant.

Il n'y a pas les religieux d'un côté, les croyants, ces sales obscurantistes, illuminés qui sont dans l'erreur et le mensonge, et de l'autre côté les braves athées, gens de raison, qui ont tout compris à la vie.

La science est enseignée par l'humain. Des animaux faillibles. Qui découvrent chaque année de nouvelles choses et se rendent compte chaque années qu'ils se trompaient.
Chaque année, toutes les certitudes changent, mais chaque année, on est persuadé que la Science a raison.

Et il y a de fortes chances qu'en ce moment, elle se plante encore sur plein de trucs.

Il y a sans doute des choses certaines. Des choses que l'humain a trouvé. Plein, en fait. Bien joué.
Mais il y a des choses que l'humain ne pourra sans doute jamais trouver.
Dieu, la vie après la mort, les créatures mystérieuses...ça reste hors de notre portée. On est trop noob pour ça.

Athée, tu n'as pas raison.
Chrétien, tu n'as pas raison.
Musulman, tu n'as pas raison.
Bouddhiste, tu n'as pas raison.
Wiccan, tu n'as pas raison.
Juif, tu n'as pas raison.
Agnostique, tu n'as pas raison.
Spirituel new age, tu n'as pas raison.

PERSONNE n'a raison. Et on a tous envie d'avoir raison. On en meurt d'envie. Mais je le dis, je l'affirme, aucun de nous ne peux prétendre avoir raison et détenir la vérité. Aucun religieux, aucun scientifique.
(Le premier qui me dit "oui mais même si tu crois pas en la théorie de la gravité tu ne flottes pas pour autant dans les airs !" je lui dis : toi et ton argument d'adolescent de 14 ans, tu n'es pas profond et original. Tu fais chier.)

Arrêtez de nous prendre pour des attardés mentaux, pour de pauvres êtres qui essaient de se rassurer avec des croyances, pour des illuminés.
Vous êtes dans la même merde que nous : l'ignorance.



On a tous nos petites preuves. Les scientifiques ont découvert des choses vraies : la gravité, l'herbe qui pousse quand on l'arrose, l'hystérie, cette maladie grave qui ne touche que les femmes, ces êtres de Satan (AH MAIS NON ça c'était faux, encore une fois). C'est cool.
Moi j'ai un tarot qui fonctionne. Et toi tu me diras que non. Mais il fonctionne très bien. A chaque coup.
Est-ce que ça veut dire que ma croyance est valide ? Que j'ai la vérité ?
Mmh...non.
Qu'est-ce qui fait fonctionner le tarot ? Le Seigneur et la Dame ? Allah ? Jésus ? Bouddha ?
On ne sait pas.

On a de petits éléments de vérité. Tous. Mais on n'a pas la vérité.

Et toi, athée, tu ne l'as pas non plus.
Parce que tu es un religieux comme un autre.


dimanche 24 mai 2015

Je suis healthy et je vous emmerde

Ou "mêlez-vous de vos fesses".
Ou "mon taux de cholestérol vous salue bien bas".
Ou "Le healthy est-il bon pour la santé ? Oui....Merci, c'est tout pour moi."

Oui, on a fait plus classe comme titre. On a fait plus sympathique et chaleureux.

Mais cela fait quelques semaines que je vois des tonnes de gens, surtout des blogueuses, cracher sur le style de vie healthy, et je commence à être fatiguée.

Tous les jours, je vois sur la Une Hellocoton 2-3 articles du genre "Arrêtons le healthy !", "le healthy, ça suffit", "marre du healthy", et autres tournures de phrases colériques.
Ça me met mal à l'aise.

On en a vu, des modes bizarres. La mode du thigh gap, le bucket challenge, le régime Dukan, etc.
A présent, le nouveau challenge à la mode est le Fire Challenge. Littéralement, des gens qui s'enduisent de liquide inflammable et se foutent le feu.



Mais ce qui CHOQUE, ce qui met en COLÈRE, ce qui AGACE...
Ce sont des nanas qui mangent des fruits au petit déjeuner et font du sport tous les jours.
PARCE QU'ON N'A PLUS DE LIMITES !
Nous n'avons plus la notion du DANGER ! Le DAYNJEURE !
Nous mangeons des LÉGUMES et des PÂTES COMPLÈTES !
Nous allons toujours plus loin dans les modes risquées. Dans les paris stupides.
Nous courrons des semi-marathons et même que parfois on soulève des haltères !
Les jeunes ne savent plus quoi faire pour se faire remarquer.
Ils sont prêts à faire des squats...

Sincèrement, les gars...vous n'avez pas autre chose sur lequel passer votre haine ?

Petit rappel : healthy = sain.
Le but du lifestyle healthy = avoir un mode de vie sain.
Manger équilibré, faire du sport, bien dormir, tout ça...
C'est si affreux que ça ?

J'aimerais aborder certains points :

1) Le healthy n'a rien à voir avec "atteindre une certaine corpulence". Certaines personnes aiment rebloguer des photos de corps qu'ils trouvent beaux, pour s'inspirer, se motiver, etc. Mais le healthy, ça peut être ça :


Et ça :



Mais aussi ça :



Ça :


Ou ça :


T'as pas besoin d'être mince pour être en bonne santé et adopter un mode de vie healthy. Désolée pour les accros aux clichés.


2. Les diktats n'ont pas été créés par nous. Ils sont là depuis des années. Ça veut dire quoi ? Que s'il y a moins de rondes qui se montrent sur Instagram, c'est peut-être à cause des complexes, mais ce sont des années de diktats créés par la mode et les magazines qui ont créé ces complexes. Pas nous.

3. D'ailleurs, arrêtez de mettre une telle responsabilité sur nos épaules. Nous sommes des personnes lambda. Des particuliers. Nous adoptons un style de vie healthy parce que ça nous rend heureux. Nous montrons ce que nous faisons sur Instagram parce qu'on l'a toujours fait, et être healthy ne va pas nous faire changer nos habitudes. Nous accuser d'encourager l'anorexie et le mal-être est d'une connerie sans nom.
Je rappelle que le healthy encourage à être en bonne santé. Et si je peux me permettre, l'anorexie et la santé...ça ne va pas trop ensemble. Et dans "manger sain", il y a "manger". Assez, de préférence.

4. On peut être healthy et maigre. Certaines personnes ont des métabolismes plus faciles que d'autres. Il est tout à fait possible de manger assez et d'avoir pourtant un thigh gap, des os apparents, etc.
Je me rappelle avoir vu une blogueuse poster un selfie "c'est l'heure de faire du sport !" et recevoir des commentaires comme "Tu ne crois pas que t'es assez maigre comme ça ?", "tu devrais diminuer le sport. Trop c'est trop", "tu sais que des jeunes filles suivent ta chaîne ? Elles pourraient devenir anorexiques à cause de toi".
Je trouve ces propos excessivement méchants et odieux. Cette blogueuse montre qu'elle fait du sport, qu'elle mange sain, et parce qu'elle a un corps "facile", elle pousse les adolescentes à l'anorexie ?
Est-ce que vous réfléchissez avant de parler ?
Nous sommes des personnes lambda, qui adoptons un mode de vie qui nous convient. Ce n'est pas notre job, de faire attention à ce qu'autrui fera à cause de nous. Nous ne sommes pas l'éducation nationale.
Bientôt, si on est trop mince, on nous interdira de sortir dans la rue car notre simple existence poussera à l'anorexie.


5. Non, on ne mange pas que des fruits et des graines. On mange aussi ça :




Et ne vous inquiétez pas. Parfois, on se fait plaisir. Nous ne sommes pas de méchants anorexiques déprimés par la vie et le kilo de céleri que nous sommes forcés à manger.

6. Dire que 'le healthy n'est pas sain", ça n'a pas de sens. Si vous tapez "healthy" sur Instagram et que vous tombez sur des pilules coupe-faim, partez du principe que chacun se trompe et fait des erreurs.
Non, les pilules coupe-faim ne sont pas healthy, point. La personne le pense et se trompe ; voilà pourquoi la photo se retrouve avec ce tag-là.
Ne jugez pas une communauté entière avec les erreurs de certains.

7. On ne photographie pas tout ce qu'on fait. Ce n'est pas parce qu'on a que des photos de fruits sur notre profil qu'on n'a pas mangé un grand plat de pâtes complètes après. Et ce n'est pas parce qu'on vous montre des photos de running qu'on n'a pas regardé la télévision après. Seulement, ce n'est pas aussi joli.

8. Non, le healthy n'est pas culpabilisant. Si vous culpabilisez parce que vous n'avez pas choisi ce mode de vie, ce n'est pas notre problème. Chacun fait ses choix, et aucun n'est mauvais. Si vous ne faites pas de sport, ne vous comparez pas à ceux qui en font, ça ne vous servira à rien à part vous mortifier.
Et si vous parlez de ce type d'images :
(je cherche une image d'exemple depuis 20 minutes et je n'en trouve pas. A première vue cette tendance décline)

Sachez que cette tendance existe...pour tous les loisirs.


Vous connaissez le mal du siècle ? La procrastination.
Ça touche tout le monde, dans toutes les disciplines. Et chacun à son truc pour la dépasser.
Moi, c'est les images gentilles, qui poussent en avant. Pour d'autres, c'est le bottage de fesses.
Non, ces images ne vous concernent pas si vous n'êtes pas "là dedans". Ces images concernent ceux qui veulent atteindre leurs objectifs et ont besoin d'une bonne baffe pour se mettre en route.

Voilà. J'avais besoin d'écrire cet article parce que j'en ai assez de voir qu'une mode aussi saine se fasse taper dessus pour des cacahuètes.

samedi 23 mai 2015

Gudule est morte, et c'est nul

Comme Internet et les autre média ont l'air décidé à ne pas en parler, je l'annonce ici :

L'écrivain jeunesse Anne Duguël (Gudule) est décédée le 21 mai d'une tumeur au cerveau, à 69 ans (bref, pas un âge pour mourir).

Je ne sais pas si vous la connaissiez, mais j'ai lu quelques uns de ses bouquins quand j'étais pré-ado et j'aimais beaucoup son style. Elle parlait de sujets divers et variés, parfois polémiques (comme le sida ou le racisme), et en 28 ans, elle aura publié plus de 200 ouvrages.

Sincèrement, je la trouvais cool. Ses romans étaient intéressants, ils se lisaient vite, et elle utilisait des mots belges fort agréables (comme "rhéto") rappelant son appartenance au plat pays. Ça faisait bizarre.

Elle m'a également appris des choses, comme quoi dire qu'une personne ayant le sida ne peut pas aller à la piscine ni embrasser son ou sa partenaire est complètement con et intolérant (à 13 ans, on ne sait pas forcément ces choses-là, donc c'est toujours cool de recevoir une petite piqûre de rappel).

Ça fait des années que je n'ai plus ouvert un seul de ses romans mais apprendre sa mort me déprime un peu. Elle restait tout de même une partie de ma jeunesse, et c'était un très bon écrivain.

Du coup je voulais en parler ici.



jeudi 21 mai 2015

Spring Project : Mon corps et moi

Tous les mercredi du printemps (ça ne veut rien dire), Mots à Maux et moi collaborons pour vous donner, chaque semaine, un article sur un thème commun.
Aujourd'hui, nous vous parlons du rapport à notre corps.


Allez, hop, on ouvre la conversation au calme

Ce matin, j'ai vu une vidéo qui parlait d'une femme qui détestait son corps. Du coup, elle a fait une sorte de petite révolution, et elle a demandé à 100 femmes un mot qui décrirait leur corps.

Pour vous faire une idée globale de mon rapport à mon corps, j'ai pensé "j'hésite entre magnifique et parfait".

Voilà, je vais le dire cash : j'aime mon corps.

Je pense que je ne l'ai jamais vraiment détesté. J'étais surtout je m'en foutiste. Il y avait des moments où je me mettais à faire du sport sur une courte période '"pour plaire au garçon que j'aimais", mais c'était tout, sans stress et sans vraiment de complexe.

Et depuis quelques mois j'ai atteint l'apogée de l'amour envers lui, je pense. Il est si joli et en bonne santé !

Depuis quelques temps je ne tombe plus malade, même pas un rhume. Quand j'ai des boutons de stress, ils partent si tôt le calme arrivé. Je n'ai plus de règles grâce à ma pilule (je sais, il y en a des à qui ça ne plait pas, mais étant donné que je ne bois pas, ne fume pas, etc, on va dire que c'est mon seul vice). Dès que je fais attention à ne pas manger trop de crasses et fais un peu de sport, mon corps me remercie aussitôt (et quand je me relâche, je prends du ventre. Bref, il est au taquet).
Il est cool quoi !


J'ai peut-être des petits seins et je pense à faire des implants plus tard mais...pour le moment qu'est-ce que je m'en moque ! Ils sont très jolis, mes petits seins bien ronds, avec leur petit piercing. On cohabite très bien ensemble.
J'ai une mycose aux ongles de pieds, aussi, qu'il faudrait que je pense à soigner. Mais une bonne couche de vernis et on ne voit rien.
Bref, mon corps et moi, on se fait des petits deals pour s'entendre.

Depuis que je multiplie les modifications corporelles et personnalise mon "enveloppe charnelle", je l'aime d'autant plus. Sincèrement, il est trop unique et badass !
Je crois que je totalise...
- Un tatouage au biceps.
- Un tatouage dans le dos.
- Un industriel sur l'oreille gauche.
- 4 hélix sur l'oreille droite
- Deux trous aux lobes (un sur chaque, hein)
- Un piercing au téton
- Un piercing au nombril
Et au niveau des autres modifications, mes cheveux sont teins (en noir pour le moment, et je songe à un prune en juin ou juillet), et mon épilation est en forme de coeur (et c'est...trop beau).

Je vous en parlerai sûrement dans un prochain article
Je crois que c'est mon piercing préféré. Peut-être parce que le premier bijou est déjà trop beau en lui-même.
(Oui, je n'ai encore changé aucun de mes bijoux)
*soupir d'amour*

Bref, rien chez moi n'est naturel, ha ha ha ! Mais pour moi c'est mieux comme ça. Je me sens mieux quand je peux me décorer et m'enjoliver. Je sais que ça ne plait pas à beaucoup (un jour un mec m'a reproché de me maquiller comme une femme de 25 ans alors que la fille de 14 ans à côté de moi était teeeeellement plus naturelle ! ) (SPOILER ALERT : je n'ai plus 14 ans).
Parfois je vois mes piercings et mes tatouages comme un petit cadeau que je ferais à mon corps (je vois mon corps et moi-même comme deux choses distinctes. Ça m'aide à en prendre soin), comme on offrirait un bijou à une femme qu'on aime beaucoup.

D'ailleurs, au début, j'avais peur que mon piercing au nombril rejette. Et j'ai eu cette petite conversation avec mon corps (parfois je lui cause. Ça me rassure) : "Ecoute, si tu le rejettes parce qu'il ne te plait pas, c'est ok. Tu sais ce qui est bon pour toi. Je ne me ferai pas repercer si tu n'aimes pas."

On fait équipe.

Je pense que le fait d'aimer mon corps à ce point a été ma plus grande révolution. Ça contribue à me rendre terriblement heureuse et confiante. On avance ensemble, j'en prends soin en mangeant équilibré, en dormant assez et en faisant beaucoup de sport, il me permet de faire de grandes choses...

Je l'adore, tout simplement.

jeudi 14 mai 2015

Spring Project : Ce que j'aimerais dire à 5 personnes

Chaque mercredi du printemps, Mots à Maux et moi postons un article avec un thème en commun. Ça peut-être tout...et n'importe quoi.
Mon article n'est publié qu'aujourd'hui car cette semaine, j'ai énormément de choses à faire, entre le spectacle de danse qui arrive, l'examen de gestion, le plan d'affaire à rédiger, etc. Je n'ai pas géré mon temps comme j'aurais dû, je suis désolée.

Aujourd'hui, je vous parle de mon thème "bête noire" : ce que j'aimerais dire à 5 personnes.

Déjà, principal souci : je n'ai pas 5 personnes desquelles je me sens assez proche pour leur écrire un paragraphe. Je n'ai pas envie de le faire avec mes parents, ni ma soeur, ni un autre membre de ma famille, et tous mes potes se sont cassés le jour où j'ai eu deux copains (pas une grosse perte, donc).
Du coup, je vais improviser un peu.

1. A la fille du cours de danse orientale qui ne m'a pas insultée lorsqu'elle a appris que j'avais deux copains

Je ne vais pas dire ton prénom ici, tout simplement parce que je ne veux pas que tu sois gênée, et aussi parce que ce que je vais dire fait légèrement pitié et je ne veux pas que tu me méprises et me donnes des coups de pied.
L'année passée, lorsqu'une fille de mon cours de danse a appris que j'avais deux copains, elle a réagi en ces termes :
"Donc, t'es un peu une salope, en fait, c'est ça ?"
Traumatisée par cette expérience, je n'avais plus osé le dire à qui que ce soit de ce cours, car je ne voulais pas essuyer la même réaction. Et lorsque tu es arrivée au cours, je t'ai tout de suite trouvée super chouette, mais pendant des mois je n'ai pas osé parler de mes deux copains devant toi. Je te trouvais si sympa, je ne voulais pas être déçue si tu réagissais mal.
Puis récemment, alors qu'on attendait devant l'arrêt de métro ensemble, j'ai dû laisser échapper un "mes copains", car tu as tout de suite réagi en disant "ah, mais tu as deux copains en fait ?"
Angoisse dans mon corps, panique dans mon regard. Noooon, pas la confrontation !
"Ah, heu, oui.
- Ah mais à l'aise, tu sais au Maroc il y en a plein des comme ça, c'est cool."
Soulagement intense.
Du coup, merci d'avoir réagi d'une façon aussi décontractée, merci de ne pas avoir réagi comme la fille de l'année passée, merci d'avoir été aussi cool, en fait.
J'aimerais énormément qu'on reste potes même après cette année de danse, mais je n'oserai jamais garder contact avec toi et donc je vais rester dans mon coin comme une petite merde.


(Cet article va être une horreur à lire et à écrire.)

2. A Adriàn

C'est con, ce qui nous est arrivé, en fait. Je ne pense même pas avoir compris ce qu'il s'est passé. Après, ça a été une chouette histoire de trois ans (bon, parfois un peu moins chouette) mais je reste quand même triste que ça se soit évanoui. Après, je pense que tu auras toujours une petite place bien spéciale dans mon coeur, et l'idée d'être "fuck-without-fuck-just-béquille-friend" avec toi me va plutôt bien. Donc j'espère qu'on restera sur la même route encore longtemps.



3. Aux automobilistes qui dépassent la voiture de devant à un passage piéton.

Vous êtes des tarés. Voilà. Rien de plus.
Lorsque la voiture devant vous s'arrête à un passage pour piéton, restez derrière. C'est tout. Arrêtez de faire un complexe de virilité et de dépasser à toute vitesse, manquant de percuter le piéton qui traversait à ce moment-là.
BEN OUI, BANDE DE DÉBILES, vous croyez que la voiture devant vous s'arrête pourquoi ?
Arrêtez d'essayer de me tuer chaque fois que je sors courir, merci.

4. A Thomas

J'ai l'impression que notre relation ressemble à celle de La Vénus à la Fourrure de Léopold von Sacher Madoch et...devine quoi ? Je n'aime pas trop ça. Tu es vraiment beaucoup trop gentil avec moi, tu es adorable, et j'ai souvent l'impression de profiter de ta gentillesse, de ne pas être assez bien pour toi. J'essaie de faire des efforts mais parfois ce n'est pas fort concluant. Mais j'aimerais vraiment m'améliorer pour toi , pour pouvoir rendre cette relation plus solide et durable (un peu comme une moustiquaire, tu vois ?) et voilà. Parfois je suis un peu nulle et je m'en excuse.



5. Aux éducateurs de mon école secondaire

Merci de ne pas m'avoir harcelée si j'avais une jupe trop courte ou une robe trop dos-nu. Merci de ne pas m'avoir parlé comme à un chien. Merci d'avoir été sympas avec moi, de n'avoir jamais été désagréable et de ne pas avoir empiré ces années qui ont été suffisamment pénible. Merci d'avoir pris en compte le fait que j'avais des soucis et de ne pas m'avoir trop embêtée. Merci d'avoir été si gentils alors que votre boulot a l'air si stressant. Je pense que vous êtes les seules personnes avec qui je n'ai jamais eu de problèmes dans l'école. Vous êtes cools, franchement.





lundi 11 mai 2015

Typologie des généralités sur le couple, ou "pourquoi faut-il mettre les relations humaines dans des cases ?"

Je suis souvent assez choquée par toutes les généralités que j'entends sur le couple ou la rupture.
On connait tous la devise "ressortir avec son ex / coucher avec son ex, c'est comme ravaler son vomi".
Personnellement elle m'a toujours laissée perplexe, cette devise, en partant du principe que toutes les ruptures ne se ressemblent pas, toutes les ruptures ne se passent pas mal, l'ex n'est pas vraiment un "connard qu'on ferait mieux d'oublier", etc.
Hollywood nous fait un peu miroiter l'idée qu'un ex serait toujours un spectre malintentionné planant dans la vie d'une personne. c'est généralement une personne qui a brisé le cœur du protagoniste, ou qui était juste un piètre amoureux. Il est toujours relié à une idée négative, blacklisté par la personne concernée.
De là, il devient plus qu'évident de mettre des systèmes en place comme comparer son ex, effectivement, à du vomi.

Sauf que la vie...c'est un peu plus varié que ça, en fait. Non, vous ne vous ferez peut-être pas lâcher pour un autre ou une autre. Vous ne vous disputerez pas forcément avec votre amoureux jusqu'à ce que votre couple se déchire. Ça arrive, mais pas toujours.

L'autre credo que j'entends aussi énormément et qui me fait un peu vomir, c'est "Le sexe est le ciment du couple".
Je trouve déjà cette phrase discriminatoire envers toute personne asexuelle (qui ne ressent donc pas d'attirance sexuelle pour qui que ce soit) mais aussi très toxique pour toute personne dans le couple voyant sa libido disparaître, momentanément ou non. Ce credo, c'est le tremplin pour tous les abus sexuels, à grands coups de "mais ma chérie, ce n'est pas normal que tu n'aies plus jamais envie ! Ça veut dire que ça ne va plus entre nous, il faut que tu fasses des efforts !"
En fait, en plus d'être une bonne grosse généralité des familles, cette phrase a le don d'être assez dangereuse.
J'ai toujours pensé que l'amour était suffisamment important dans un couple, par rapport au sexe, mais à première vue non. Pensons cul, mes amis. Ça donnera une excuse aux gens pour violer leur moitié.
(Désolée, je n'aime vraiment pas cette phrase.)

La petite nouvelle que je croise partout sur les réseaux sociaux, c'est "Si on est toujours ami avec son ex, c'est soit parce qu'on est toujours amoureux, soit parce qu'on ne l'a jamais été".
Je la place au même niveau que "l'amitié garçon-fille c'est impossible lol mdr".
Les gars...quel est le problème avec l'amitié ? Pourquoi faut-il toujours que les planètes s'alignent pour être amis ?

Le polyamour m'a appris une chose en plus : il n'y a pas un seul modèle de relations. On n'est pas obligé d'aimer une seule personne, et ça ne veut pas dire qu'on aime mal. J'ai appris que finalement, toutes les petites vérités sur le couple étaient en fait de petits mensonges.

Il n'y a pas de modèle à suivre. Il n'y a pas de relation type.

Les relations humaines sont variées, infinies. Vous avez le droit de voir votre ex, d'être ami avec, de dormir avec, même de coucher avec de temps en temps, si vous êtes à l'aise avec ça.
Vous n'êtes pas obligé de mettre un nom là-dessus (vous pouvez, cependant, si cela vous convient), vous n'entretiendrez rien de mauvais.

Je vais vous donner un exemple en me basant sur ma vie à moi : je ne suis plus avec Adriàn, depuis deux semaines environ. On n'a pas envie d'être des exs qui se détestent. On a envie de rester amis, de continuer d'aller l'un chez l'autre, de dormir ensemble. Je ne veux pas coucher avec lui ou quoi que ce soit (j'aimerais poser un cadre, comme je suis en couple avec une autre personne, pour ne pas que celle-ci se perde), juste aller chez lui, manger de la glace en regardant une série, et dormir avec, dans ce tout petit lit de 80 cm.

Est-ce que ça paraîtra bizarre ? Oui. est-ce que les gens penseront que je trompe mon copain avec mon ex ? Certainement.
Est-ce que pour autant, je vais mettre des barrières sur mes relations, juste par peur de ce que penseront les autres ? Absolument pas.



Comme le corps humain, les relations humaines viennent en différentes couleurs, tailles et formes. Mettre des généralités là-dessus est contre-productif et ne sert à rien, à part briser des amitiés, des couples, des amours, de belles relations humaines qui auraient pu s'épanouir tranquillement.

Dans la vie, il n'y a pas que les amoureux, les exs, les amis, les potes, les fuck-friend, etc. Il y a aussi tout un spectre entre chacun de ces noms, des situations un peu bâtardes, qui ne sont ni l'un, ni l'autre, et qui sont pourtant tout aussi valables.

Il faut arrêter avec cette réglementation des relations humaines.

mercredi 6 mai 2015

Spring Project : mes collections

Mots à Maux et moi avons toutes les deux rencontré quelques soucis la semaine passée, ce qui nous a empêché d'écrire l'article Spring Project de mercredi. Mais nous sommes de retour, fraîches et disposes, afin de continuer ce joli challenge.

Cette semaine, nous parlons de nos collections respectives, le pourquoi, le comment.

1. Les pierres semi-précieuses

Les pierres semi-précieuses englobent toutes les pierres comme l'améthyste, l'ambre, le grenat, le quartz, la malachite, l’œil de tigre, etc. Elles sont souvent utilisées comme décoration (bibelots, bijoux) mais sont également utilisées en lithothérapie, qui est l'art de soigner par les pierres.
Certaines augmentent la confiance en soi, d'autres apaisent, d'autres soignent des problèmes de peau, etc.

J'ai acheté ma première pierre lorsque j'avais 15 ans. J'ai ai pris quelques-unes, je me suis intéressée à leurs pouvoirs, et petit à petit cette fascination est passée.
Je suis revenue vers les cristaux vers l'âge de 17-18 ans, et j'en achète régulièrement depuis. A présent j'en ai une bonne vingtaine, et j'en perds de temps en temps.
Je m'en sers lors de mes rituels, de mes méditations, et je les porte également en colliers, bracelets ou bagues.
A chaque pleine lune, je les purifie religieusement et les laisse recharger.
Bref, ce sont mes bébés.

Tadaaaa

2. Les tarots

Ici également, j'ai acheté mon premier tarot quand j'avais 15 ans. Je l'ai utilisé, utilisé, utilisé, je le connais par coeur et lui et moi, on s'entend plutôt bien.
Deux ans plus tard j'ai fait l'acquisition d'un second tarot, puis d'un troisième, Thomas m'en a offert un quatrième et j'en ai acheté un cinquième tout récemment.
Même si je ne pratique plus autant qu'avant (ce que je devrais faire, il y a tellement de tirages intéressants que j'aimerais tester), j'adore acheter de nouveaux paquets, lire le livret explicatif, regarder les illustrations. C'est mon petit plaisir.
Par contre je n'en ai pas énormément, car un tarot...ça coûte plutôt cher !



3. Les petites culottes

Oui, c'est un autre registre.
Je vais être claire : j'adore les culottes. J'adore acheter de nouvelles culottes. J'aime les strings en dentelle, les culottes à donuts, les trucs connotés "ultra vulgaires", etc. C'est mon plaisir coupable (non, je rigole, pas coupable du tout) : acheter des culottes.


Et vous ? Vous collectionnez quelque chose ?

Lien vers l'article de Mots à Maux